Ha?ti s’effondre : la prescription de l’ambassadeur James B. Foley ? l’administration Biden

The content originally appeared on: News Americas Now

Black Immigrant Daily News

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Alors que le pr?sident am?ricain Joe Biden cherche ? mettre sur pied une intervention internationale, il est essentiel de tirer les le?ons du pass?, estime l’ex-ambassadeur des USA en Ha?ti, James B. Foley. Dans un article publi? dans la rubrique <> de Politico, jeudi 1er d?cembre, a estim? <> que l’administration Biden apprenne <> ? un moment o? Ha?ti <> sous le r?gne de la terreur des bandes arm?es et qu’une mission internationale de sauvetage, <>, risque <>.

<>, a ?crit l’ex-ambassadeur James B. Foley, soulignant que <>.

<>, a pr?venu James B. Foley. Les ?tats-Unis, en particulier, ne devraient pas l?siner sur les moyens pour aider Ha?ti ? se doter d’une force de s?curit? robuste capable de r?primer l’anarchie. Cela devrait ?tre une priorit? de s?curit? nationale des ?tats-Unis pour les ann?es ? venir. Il est tout simplement impossible qu’Ha?ti puisse ?tablir l’?tat de droit et r?aliser des progr?s ?conomiques sans un minimum de stabilit? et de s?curit? pour sa population, a-t-il ?crit, estimant que sans la perspective d’un soulagement de la mis?re, le risque de migration massive vers les ?tats-Unis ne fera que cro?tre.

Il y a vingt ans, l’?valuation de mon ambassade ?tait que jusqu’? 90 % de la population (alors estim?e ? environ 8 millions) immigrerait aux ?tats-Unis si on lui en donnait la possibilit?. Aujourd’hui, leur sort est bien pire, et leur nombre bien plus important, a expliqu? James B Foley.

Mise en garde et propositions

L’ex-ambassadeur des USA en Ha?ti, favorable au d?ploiement d’une mission internationale de s?curit? pour renforcer les capacit?s de la Police nationale d’Ha?ti, s’est fendu d’une autre mise en garde ? la communaut? internationale et de proposition au plan politique. <>, a-t-il reconnu.

Road map

Pour James B. Foley, son pays, les ?tats-Unis <>. Cette voie, a indiqu? Foley, <>, a-t-il d?taill?.

Laisser aux Ha?tiens la responsabilit? de l’avenir du pays

Sur le plan politique, la communaut? internationale devrait chercher ? donner aux Ha?tiens les moyens d’assumer la responsabilit? de l’avenir du pays. ? cet ?gard, a estim? l’ex-ambassadeur Am?ricain James B. Foley, l’Accord de Montana repr?sente un espoir singulier de progr?s. Ses membres disparates ont d?j? atteint le r?sultat le plus rare en Ha?ti – le consensus – sur un plan visant ? relancer les d?funtes institutions ex?cutives, l?gislatives et judiciaires du pays et ? gouverner avec une l?gitimit? constitutionnelle jusqu’? ce que des ?lections puissent ?tre organis?es de mani?re s?re et cr?dible.

Des dirigeants de Montana, la pens?e magique et la r?alit?

Cependant, a fait remarquer James B. Foley, le groupe a connu ses propres divisions r?cemment et semble incapable d’articuler comment sa vision peut ?tre mise en oeuvre face ? la violence brutale des gangs qui a amen? Ha?ti au point de l’anarchie. Dans ce qui pourrait ?tre une forme de pens?e magique, les dirigeants de Montana affirment qu’un nouveau gouvernement form? selon leur plan b?n?ficiera d’une aura de l?gitimit? unique qui l’emportera d’une mani?re ou d’une autre sur les gangs criminels et leurs financiers. C’est ignorer ? la fois la puissance de feu des gangs et la mesure dans laquelle ils peuvent d?sormais op?rer de mani?re autonome, une puissance en soi, a soulign? l’ambassadeur Foley.

Le PM Ariel Henry doit c?der le pouvoir ? un gouvernement de transition

Pour avoir une chance de r?ussir ? l’avenir, la communaut? internationale doit insister sur la formation d’un gouvernement soutenu par un consensus pour guider Ha?ti ? travers une transition n?cessaire vers des ?lections d?mocratiques – un gouvernement qui soit au moins bas? sur le concept de l’Accord de Montana, sinon centr? sur le groupe lui-m?me. Cela signifie que M. Henry, qui a officiellement demand? aux Nations unies de d?ployer une force internationale, doit ?tre pr?t ? c?der le pouvoir ? un gouvernement de transition, a ?crit l’ambassadeur James B. Foley qui souligne qu’actuellement, la perspective d’une intervention ?trang?re et d’un soutien international continu semblent avoir renforc? sa conviction apparente qu’il n’a pas besoin de n?gocier s?rieusement avec ses opposants.

Ariel Henry, un dirigeant isol? d’un Etat d?faillant, sanction de Martelly un message symbolique mais puissant

La r?alit? est que M. Henry est un dirigeant isol?, discr?dit? et d?faillant d’un ?tat d?faillant ; le soutien ind?fectible dont il b?n?ficie de la part des ?tats-Unis est aussi d?concertant que contre-productif. Les ?tats-Unis feraient bien de suivre l’exemple du Canada, qui vient d’imposer des sanctions au patron politique pr?sum? de Henry, l’ancien pr?sident Martelly – un message symbolique mais puissant.

Montana et Ariel Henry

Le groupe Montana, qui repr?sente un large ?ventail impressionnant de la soci?t? civile ha?tienne, n’accepte pas la l?gitimit? de l’actuel Premier ministre int?rimaire Ariel Henry, qui a ?t? essentiellement oint par des puissances ?trang?res dirig?es par les ?tats-Unis dans le sillage de l’assassinat du pr?sident Jovenel Mo?se en juillet 2021. Henry est per?u comme repr?sentant la continuit? avec le parti PHTK associ? ? l’ancien pr?sident Michel Martelly qui a tenu les r?nes du pouvoir au cours de la derni?re d?cennie et qui est bl?m? par beaucoup pour la corruption massive, le d?labrement des institutions politiques et le renforcement des gangs criminels, a ?crit Foley.

Les opposants de Henry vont m?me jusqu’? affirmer que la violence actuelle des gangs est orchestr?e pour d?clencher une intervention internationale qui laisserait Henry en place et permettrait ? ses associ?s politiques de contr?ler le r?sultat des ?lections lorsqu’elles auront lieu. Washington doit donc tenir compte de la mani?re dont une intervention internationale affectera in?luctablement l’?quilibre interne du pouvoir entre les factions rivales en Ha?ti, a estim? James B Foley.

Avec l’effondrement imminent de l’?tat, la question fondamentale est de savoir si les dirigeants ha?tiens peuvent surmonter l’ambition personnelle, la rivalit? am?re et la suspicion mutuelle pour trouver un terrain d’entente sur la voie ? suivre pour leur pays, a fait remarquer James B Foley. S’ils y parviennent, la communaut? internationale pourra jouer un r?le constructif en soutenant leurs efforts, notamment dans le domaine vital de la s?curit?.

Le peuple ha?tien, a soutenu James B Foley, ne peut attendre plus longtemps. Si la situation se d?t?riore encore, il est impensable que les ?tats-Unis restent ? l’?cart alors que des millions de personnes risquent de mourir ? seulement 800 miles de nos c?tes. Washington n’aurait d’autre choix que d’intervenir une fois de plus de mani?re massive sur le plan militaire – sauvant des vies mais ne faisant rien pour aider ? briser le cycle du dysfonctionnement et du d?sespoir, a conclu l’ex-ambassadeur des USA en Ha?ti dans cette tribune dans Politico.

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.

NewsAmericasNow.com